Comment une PME peut-­elle construire son site web ?

Nous allons voir les différentes possibilités pour une PME de créer son site web, avec les avantages et les inconvénients de chaque choix.

1. Les différents prestataires et acteurs

Vous avez un choix important d’acteurs et de plateforme vous permettant de créer votre site internet pour vous-­même, ou via un prestataire.

a) Les prestataires externes

  • Les agences de communication

Les agences de communication ne sont pas spécialistes du web, mais proposent d’autres services de communication complémentaires, permettant d’avoir une stratégie de communication globale et pas uniquement digitale. Les agences de communication ont été obligées de s’adapter au web, prenant de plus en plus de part de marché dans le monde de la communication.L’avantage est la créativité que celles-­ci peuvent apporter par rapport aux autres prestataires.

Fourchette de prix pour un site vitrine : 2 000€ -­ 10 000€
Fourchette de prix pour un site e-­commerce : 4 000€ -­ 30 000€

  • Les agences webdesign

Tout comme les agences de communication, les agences webdesign sont des entreprises regroupant plusieurs collaborateurs, chacun spécialiste dans leur domaine. La différence est que les agences webdesign sont spécialisées en web, et ont des ressources internes compétentes dans le domaine, avec souvent des certifications Google.

Fourchette de prix pour un site vitrine : 600€ -­ 4 000€
Fourchette de prix pour un site e-­commerce : 1’000€ -­ 6 000€

b) Les plateformes de créations

  • Les CMS Open Source (Content Management System)

Les CMS vous permettent d’avoir le squelette de votre site internet. Il ne reste plus qu’à l’agencer suivant votre convenance. La plupart du temps, les prestataires utilisent des CMS pour créer des sites internet, mais le personnalisent et le configurent suivant votre cahier des charges. Une personne novice peut très bien créer son site via un CMS, cependant elle perdra tu temps, et le résultat ne sera pas optimisé, et pas forcement conforme au cahier des charges.
Sur la base du squelette du CMS, viennent s’ajouter des plugins et composants permettant de personnaliser le site, et d’y ajouter des options. On trouve de nombreux plugins, gratuit et payant suivant leurs complexités, permettant de personnalisation importante, en touchant au minimum au codage du site.
Les CMS les plus utilisés et dont la communauté d’aide est la plus efficiente sont WordPress (63%), Joomla (11%), et Drupal (9%). Des CMS spécifiques existent pour la création de sites vitrine comme Prestashop, ou Woocommerce.

  • La plateforme en ligne

De plus en plus de plateformes proposent de la création de sites faciles, via une interface simplifiée et un support disponible, sans aucune compétence technique. Contrairement au CMS, le tout est géré en un seul endroit (Hébergement, Nom de domaine, emails). Cependant la personnalisation est limitée, et l’optimisation au référencement est souvent médiocre à cause du code source.

Les plateformes en ligne les plus utilisées sont les suivantes :

  • WIX – 64’000’000 Sites – De 0 à 19€/mois
  • 1&1 – 12’000’000 Sites – De 9 à 29€/mois
  • Jimdo – 12’000’000 Sites – De 0 à 18€/mois

2. Choix de sa stratégie et de ses objectifs

Comme toute stratégie marketing, il est important de définir une stratégie digitale et des objectifs. Un site web est un outil de communication, et donc une ligne éditoriale doit lui être appliquée pour qu’il fonctionne. La réussite n’est pas automatique.
De plus, il est important de ne pas oublier la stratégie offline, mais au contraire, de l’intégrer avec sa stratégie digitale (Stratégie Cross-­canal ou Web2shop intégrant des points de vente digitaux dans une boutique physique, et permettant une continuité des flux de ventes et logistiques via une interconnexion entre les flux).
Il est important de garder une cohérence avec vos outils de communication existants.

Pour réfléchir à sa stratégie digitale, il est important d’avoir une vision globale d’internet :

Pour en savoir plus sur la construction d’une stratégie digitale, rendez-­vous sur : http://bit.ly/1q4yDo2
Vos actions et les outils utilisés seront définis suivant vos objectifs :

  • Gain de la notoriété de votre entreprise
  • Augmentation de votre CA
  • Augmentation de votre panier moyen
  • Fidélisation client
  • Simplifier ses flux logistiques
  • Augmentation de sa base de prospection
  • Etc…

3. Rédaction du cahier des charges

À ce stade, vous avez défini votre stratégie et vous avez choisi le prestataire ou la plateforme pour créer votre site internet. Pour poser les bases, et être sûr de la direction que vous prenez, il faut rédiger un cahier des charges.
Pour le prestataire, ce cahier des charges lui permettra de connaître vos objectifs et vos besoins : Il pourra vous conseiller et vous diriger vers le système adéquat pour la création de votre site internet.
Le cahier des charges vous permet d’avoir un document contractuel, et donc de limiter le dépassement des délais, les fausses fonctionnalités, les incompréhensions, etc. …
Vous devez décrire dans le cahier des charges de l’usage de l’outil et pas son fonctionnement, qui est le travail du prestataire, tout en précisant son périmètre fonctionnel et votre budget.
N’oubliez pas de préciser votre exigence en termes de référencement, de graphisme, de compatibilité navigateur, d’optimisation mobile et de SAV.
Vous trouverez en cliquant ici une maquette de cahier des charges à utiliser pour votre projet, qui regroupe toutes les informations importantes à apporter, et les questions à se poser.

4. Optimiser son contenu, la base de son référencement

Votre prestataire ou vous-même êtes en train de créer la structure du site. Il faut ensuite penser au contenu du site internet, pour qu’il puisse répondre aux besoins et questions de vos prospects, et vous permettre de remonter dans les moteurs de recherche suivant vos mots clés.
Olivier Andrieu, spécialiste du référencement en France, indique « Content is King, link is his queen, optimized content is emperor » (Le contenu est le roi, le lien sa reine et l’optimisation est l’empereur).

Vous devez réfléchir votre contenu suivant vos mots clés sur lesquels vous souhaitez être positionnés sur les moteurs de recherche. Faites ressortir les mots clés, faites en gras, et ajoutez-leur des liens vers des pages internes à votre site.
Attention à ne pas rédiger des articles avec des mots clés qui se suivent. Le but est de rédiger des contenus pour vos clients avant tout, mais optimisés pour la recherche Google.
Par la suite, un travail des balises web sur les images et les liens devra être fait sur le site pour continuer l’optimisation. Il est conseillé de passer par un prestataire pour une optimisation optimale de votre référencement au niveau du codage du site (W3C, Balise META, Balise Title, H1/H6, Balise Alt, …).
Pour tout savoir sur le référencement et les pratiques à appliquer, je vous conseille de visionner cet article de Svplim : http://bit.ly/1dop92O

5. Faire de son site web un système de gestion de l’entreprise

Un CRM (Customer Relationship Management = Gestion de la Relation Client), est un progiciel qui vous permet de gérer vos clients, prospects, fournisseurs, ventes, actions marketing, etc …

Votre site internet récupère des informations sur des prospects, que l’on appelle leads (via des formulaires par exemple), ou encore des informations sur vos ventes (Ecommerce). Ces informations sont réutilisées pour faire de l’envoi d’emailing, ou de la prospection client.
Votre site web est donc en lui-même un micro-CRM. Pourquoi donc avoir un CRM annexe en plus, ou gérer toute son entreprise sur des fichiers Excel, alors que vous avez un outil disponible en tous lieux (avec une connexion internet), sur tout support, et disponible pour vos clients.

Il existe aussi des plugins permettant de connecter votre site web à des CRM existants comme SugarCRM ou Saleforce.
De nombreux composants existent pour apporter cette fonctionnalité à votre site internet. Votre site devient aussi votre logiciel de gestion pour votre entreprise. L’outil qui est uniquement à la base créé pour votre communication, vous permet d’avoir un système 360° pour votre entreprise.

Pour cela, le mieux est de demander l’installation du composant par un prestataire intégrateur web, qui vous paramétrera tout le CRM suivant votre entreprise.

6. Les obligations légales pour la création d’un site

Les obligations légales pour la création d’un site internet ne sont souvent pas respectées correctement. Pourtant internet n’est pas une zone de non-­droit, il est important de respecter les points suivants :

  • Droits d’image et d’auteur :
  • Conformément aux articles 226-­1 et 226-­8 du code civil, tout individu jouit d’un droit au respect de sa vie privée ainsi que d’un droit à l’image. Cette loi est aussi applicable au web, tout comme le droit d’auteur. Il est interdit de réutiliser et publier une photo ou une vidéo sur son site sans l’accord du propriétaire.
  • Les mentions légales :
  • Les mentions légales est une page regroupant toutes les informations sur votre entreprise : Dénomination, Adresse, Capital, RCS, SIRET, N° de TVA, Directeur de publication (Responsable du contenu du site), l’hébergeur du site avec toutes ses informations légales.
  • La déclaration à la CNIL :
  • Dans le cas où des données personnelles sont traitées depuis votre site internet, vous devez décaler le fichier auprès de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Le numéro qui vous sera attribué doit être précisé dans vos mentions légales.
  • Les Cookies :
  • Dans le cas où votre site place des fichiers cookies sur l’ordinateur des visiteurs, par exemple pour l’enregistrement de données, il est impératif de l’afficher sur le site, pour demander le consentement des visiteurs.
  • Les CGV dans le cadre d’un site e-­Commerce :
  • Les Conditions Générales de Ventes doivent être conformes à la loi LCEN et la loi Châtel qui régit le e-­commerce.
  • Choix du nom de domaine :
  • Le nom de domaine ne peut pas reprendre le nom d’une autre marque ou entreprise.
  • Site web International :
  • Dans le cadre d’un site international, il est important de respecter les règles de chaque pays. Pour cela, vous pouvez vous rendre sur la carte de la CNIL via ce lien : http://bit.ly/1oECiTu

7. Les outils web disponibles

Pour vous permettre de construire votre site internet, ou de vérifier le travail de votre prestataire, de nombreux outils web existent. Je vais vous lister les plus pratiques.

a) Banques d’images

Lorsque vous créez votre site internet, il faut faire attention de ne pas réutiliser du contenu non libre de droits.
Pour cela, vous avez la possibilité sur Google de rechercher uniquement des images libres de droits à la réutilisation ou la modification, mais les images sont de mauvaise qualité et peu nombreuses :

Vous avez 3 possibilités qui s’offrent à vous. Vos photos prisent par vous même ou un photographe, l’achat d’image sur des banques d’images payante, ou alors le téléchargement d’image sur des banques d’images gratuites. Dans tous les cas, vous serez obligé de préciser la provenance de vos images dans la partie Crédit photo des mentions légales.
Voici une liste des banques d’images de qualitées : http://bit.ly/1g1new7

b) Plugins navigateurs

De nombreux outils s’installant directement dans vos navigateurs vous permettent de vérifier la fonctionnalité de votre site internet et de son référencement. Ces outils appelés plugins qui sont pour la plupart gratuits s’installent le plus souvent sur Firefox (Mozilla) et Chrome (Google).
J’ai répertorié la liste des principaux plugins à installer :

c) Outils de test de votre site web

Votre prestataire vous parle d’optimisation du référencement, de norme W3C, mais vous ne savez pas comment vérifier que le travail a bien été réalisé ? Vous avez la possibilité de tester votre site web via les outils suivants :

  • Test et analyse globale de son site internet (Outils Freemium) :
  • https://www.dareboost.com/fr/home : La complémentarité de plusieurs outils sur un site pour l’analyse de sa page d’accueil gratuitement.
  • https://www.woorank.com/fr : Comme Dareboost, un site internet complet vous permettant 1 analyse complète de votre site internet.
  • Test de la rapidité de son site internet :
  • http://tools.pingdom.com/ : Pingdom est gratuit est permet de savoir rapidement si votre site internet est rapide ou non par rapport aux autres sites web.
  • Test de l’accessibilité des pages :
  • http://reporting.opquast.com : Opquast vous permet une analyse du code de votre site web gratuit sur 10 pages.
  • Validation W3C :
  • http://validator.w3c.org : Le validator officiel pour le W3C, vous permettant de savoir si votre code respecte les normes de codage du web. Sinon, cela peut avoir un impact négatif sur votre référencement.
  • http://validator.w3c.org/mobile : La validator W3C pour votre site mobile.
  • Contrôle des contenus éditoriaux :
  • http://copyscape.com : Copyscape scanne vos pages et détermine si votre contenu est plagié sur internet. Cela protège de la duplication de contenus, impactant négativement le référencement.
  • http://bonpatron.com : Un correcteur orthographique pour plusieurs langues.
  • Analyse du référencement :
  • http://grader.rezoactif.com/ : L’outil d’audit SEO de rezoactif vous permet de tester simplement et en illimité toutes vos pages, au niveau du référencement.
  • http://ranks.nl : Webmaster Tools Ranks à une série d’outils permettant l’analyse et l’optimisation du référencement de votre site internet.
  • Autres outils :
  • http://google.fr/trends : Permet de connaître la popularité des mots clés tapés sur le moteur de recherche de Google.
  • http://google.fr/webmaster : De nombreux outils permettant de suivre le fonctionnement de votre site internet, avec les statistiques intégrées.

Vous retrouverez de nombreux outils : http://bit.ly/1SpKc1Z